Ralentir et vivre en pleine conscience

Vite préparer les tartines des enfants le matin, vite monter dans la voiture pour se rendre à l’école, vite passer sur la chaussée, «bip» déjà un mail, vite un dernier bisou, vite arriver au bureau, vite un café, vite relire mes notes pour cette réunion, vite convaincre ces gens, vite manger en lisant mes messages sur mon smartphone, vite, et ce chef qui ne comprend rien! … déjà l’heure, vite reprendre les enfants à la garderie, vite vérifier les devoirs tout en préparant le repas, vite «à table!», vite le bain, zut mon linge dans la machine! … vite une petite série, vite au lit…

Et le lendemain on recommence…

Telle est la vie que beaucoup d’entre nous connaissent, subissent, ou s’infligent… En tout cas, c’était la mienne, et j’étais fière de tout ce que j’accomplissais, jour après jour. … Et s’il y avait moyen de faire autrement …

Et si plutôt que de vivre pour «faire» toujours plus, nous pouvions plutôt «être» qui nous sommes.

Mais comment?

Dans cette société, nous nous définissons souvent par nos actes: «Tu fais quoi dans la vie?». Au plus nous en faisons, au plus nous nous sentons importants! Et c’est là que j’ai croisé la pleine conscience avec la proposition suivante: Inversons notre paradigme et découvrons qui nous sommes vraiment pour ensuite agir en accord avec notre être profond.

La pleine conscience est cette capacité que nous avons de diriger notre attention, intentionnellement, sur l’instant présent et sans porter de jugement.

(Jon Kabat-Zinn, 2003).

C’est un travail qui demande d’aller à la rencontre de notre âme, au-delà de nos opinions, au-delà de notre vécu… Bien cachée au cœur de nous-même, lorsque nous nous ancrons dans l’instant présent, se trouve la sérénité.

Alors, aujourd’hui, je ralentis… je me re-découvre par la pleine conscience.
Elle m’invite à me reconnecter à mes sensations, à accepter ce qui est là avec bienveillance, plutôt que de lutter. Elle me relie à ma curiosité, parfois oubliée, et me permet de voir avec des yeux neufs le monde et ma relation à celui-ci. Elle me conduit vers davantage de bien-être au quotidien.

Plus qu’une technique parmi tant d’autres, il s’agit d’un art de vivre: Partager notre petit-déjeuner en famille, discuter dans la voiture et peut-être m’émerveiller du soleil qui se lève /pause/ embrasser mes enfants et sentir le doux parfum de leurs cheveux /pause/ dire un vrai «bon-jour» à mes collègues /pause/ remarquer par la fenêtre les feuilles des arbres qui changent de couleur, partager cette réunion, être à l’écoute /pause/ donner mon avis éclairé si c’est opportun, … et demain, une autre journée toute neuve …

Marie Collard

Psychologue spécialisée en Life Coaching Enseignante de pleine conscience



Site web développé par www.wimakeit.be